La bibliothèque d’Alexandrie a disparu dans les flammes. La mienne aussi. Bon, c’était une petite bibliothèque. Elle restera difficilement dans l’histoire. Une bibliothèque qui brûle, c’est comme un conteur africain qui s’éteint si l’on veut bien renverser le dicton. La perte d’un être cher. La perte de repères soigneusement établis au fil des années. Des souvenirs qui meurent. Des contes d’enfance soudain muets. Des heures de bonheur irrémédiablement orphelines. Remplir le vide maintenant…

Pense-bête, Huile sur toile 50 x 65 cm / VENDU
La Géographie selon les souris, Huile sur toile 40 x 50 cm
Lumière, Huile sur toile 40 x 50 cm
Transport en commun, Huile sur toile 40 x 50 cm / VENDU
L’envol, Huile sur toile 35 x 43 cm / VENDU
Cocotte, Huile sur toile 35 x 43 cm
Le cahier de chanson des Frères, Huile sur toile 65 x 55 cm / VENDU
Manhatan, Huile sur toile 33 x 46 cm / VENDU
La descente de Croix, Huile sur toile 115 x 75 cm / VENDU
La parabole des aveugles – Huile / toile / 115×75 cm
Le sommeil au Mont des Oliviers – Huile / toile / 120×60 cm